ANALYSE FINANCIERE  © John Petroff Traduction: Françoise BRUNELLE Source: PEOI

 


Chapitre 2 D-4- L'échéance des contrats

4) - Durée des contrats

En général plus longue est la période où l'argent du préteur est placé dans un actif financier, plus élevée sera cette composante des taux d'intérêt ( quelque soit par ailleurs le risque d'inflation). Ce shéma normal où les taux sont d'autant plus élevés que l'échéance est éloignée est appellé structure des taux ou encore courbe des taux. Ainsi, dans des périodes normales, plus l'échéance est éloignée, plus le taux d'intérêt est élevé. La courbe des taux normale avec une pente modérement positive est expliquée par une aversion croissante pour l'illiquidité pour les plus longues maturités, aussi bien que par les anticipations cumulées d'inflation. Le graphique G-2.1 présente une courbe des taux des obligations municipales américaines au 16 avril 2000 basée sur les chiffres publiés par Standard and Poor sur leur site Web www.s&p.com.

Graphique G-2.1

Quand une accélération de l'inflation est prévue (par exemple, en raison d'une expansion économique de plus en plus rapide), la courbe des taux montre une pente très positive. Les titres à long terme doivent normalement baisser car les taux d'intérêt sont en hausse. Dans ce cas détenir des échéances longues n'a pas de sens: chacun prend le mouvement en vendant les titres à longue échéance. Ceci fait baisser leur prix et les taux de return montent. Au contraire quand la désinflation (c.-à-d. inflation décroissante) est attendue, les titres à échéance longue montent tandis que les taux descendent. Puisque les obligations à court terme n'offrent pas une telle possibilité d'appréciation, les investisseurs passent sur les obligations longues pour profiter des augmentations de cours à attendre. Cette demande supplémentaire pour les obligations longues pousse leur prix vers le haut et les taux de return vers le bas. La désinflation aboutit ainsi à une courbe des taux négative peu usuelle. L'explication de la structure de taux est appellée segmentation des marchés.

En 1995, la Russie a connu une courbe des taux positive. Comme on l'a vu plus haut, en réalité, il y a très peu de prêts en roubles qui soient au delà d'un an d'échéance. Dans le même temps, aux Etats-Unis en 1995, la courbe des taux était très positive (en forme de J) en raison de l'expansion économiques et d'anticipations à la hausse de l'inflation. Les courbes des taux de la Suisse et de l'Allemagne étaient négatives en 1994 suggérant encore moins d'inflation pour l'avenir.

Voir les questions de révision de Q-2D4.1 à Q-2D4.5

Voir le travail de recherche R-D4.1

  Practice questions

  Assignments

  Readings

 Quiz

[Votre opinion nous est importante. Posez vos questions et offrez vos remarques, critiques ou suggestions à contact information ou bien utiliser les forums ]

Précédent: La préférence pour la liquidité Modifié: 2010-06-18 Suivant: L'impact de la politique monétaire