©1989 & 2002 John Petroff. Traduction 2003 Pascale Bolazzi

CHAPITRE 13:

REDISTRIBUTION DU REVENU

CONTENU DU COURS
Ce chapitre traite du problème des inégalités de revenus existant dans notre société. Le cours met l’accent sur le fait qu’il est difficile d’aider financièrement les plus démunis tout en incitant les gens travailler plus pour gagner de meilleurs salaires. Seront ensuite présentés les principaux systèmes d’aide sociale sécurité sociale et allocations chômage), ainsi que les problèmes qui y sont liés.

REPARTITION DES REVENUS INDIVIDUELS
Si l’on examine la répartition des revenus individuels, et si l’on classe les ménages par groupes en fonction de leur niveau de revenu, on s’aperçoit qu'un nombre restreint de familles bénéficie de revenus très élevés.

Aux USA, le quintile (tranche de 20% de la population totale) le plus riche amasse 41% du revenu total. Le deuxième quintile reçoit 24% du revenu total, le troisième 18%, le quatrième 12%. Le quintile le plus pauvre 5%.

INÉGALITÉ DES REVENUS
On peut observer qu’il existe un forte disparité dans la répartition des revenus. On peut visualiser la distribution du revenu total grâce à la courbe de Lorenz. Il faut cependant noter que l'inégalité des revenus n'est pas synonyme d’injustice.

LA COURBE DE LORENZ
La courbe de Lorenz représente la répartition du revenu national entre quintiles de population ( un quintile équivaut à 20 %) classés en fonction de leur niveaux de revenus. La diagonale correspond à une répartition parfaite. La répartition réelle des revenus est représentée par la courbe. Plus la courbe est éloignée de la diagonale, plus l’inégalité des revenus est prononcée. Depuis 1929, la courbe s’est rapprochée très légèrement de la diagonale.

Graphique G-mic14.1

La tranche supérieure, représentant 20% de la population américaine, amasse à elle seule 41% des revenus. C’est un pourcentage bien supérieur aux 20% qui devraient revenir à ce quintile, si la distribution du revenu étaient égale pour tous. Il faut noter cependant que l’écart est moins important qu’il y a 50 ans, car ce groupe recevait alors 54% du revenu global.

CRITIQUE DE LA COURBE DE LORENZ
La courbe de Lorenz a été critiquée car elle ne prend pas en considération les revenus de transferts et les impôts sur le revenu, deux facteurs réduisant l'inégalité des revenus. De plus, il faut tenir compte du fait que le salaire d’un individu varie au cours de sa vie. Les revenus sont généralement plus élevés en milieu de carrière qu’au début de la vie professionnelle ou durant la période de la retraite.

Aux USA, le taux d'imposition sur les hauts salaires tait de 70% jusqu'à la fin des années 1980. Le revenu après impôts est donc bien inférieur au revenu brut qui est pris en compte dans la courbe de Lorenz. De même, pour les ménages dont les revenus sont les plus bas, on devrait ajouter les paiements d'allocations chômage et les diverses prestations sociales.

AUTRES CAUSES D'INÉGALITÉS DE REVENU
L'inégalité de revenu peut être expliquée par la variabilité plus ou moins grande du salaire d’un individu au cours de sa vie. D’autres facteurs entrent en jeu, comme par exemple le niveau de qualification. De plus, on peut considérer que les différences de salaires sont nécessaires pour stimuler les employés.

LES VARIATIONS DES REVENUS AU COURS DE LA VIE
On peut observer que les revenus augmentent régulièrement durant la vie adulte d’un individu, puis qu’ils diminuent rapidement dans les dernières années et durant la période de la retraite. Cette observation remet en cause l'amplitude de l'inégalité des revenus représentée par la courbe de Lorenz.

CAUSES DES INÉGALITÉS DE REVENUS
L'inégalité des revenus s’explique par les facteurs suivants
- compétences professionnelles,
- niveau d'études,
- volonté d'accepter l'incertitude et les risques,
- fortune et biens personnels (10% des ménages détiennent 70% des richesses)
- imperfections du marché.

ARGUMENTS EN FAVEUR DE LA REDISTRIBUTION DU REVENU
On a pu faire remarquer que la perte de pouvoir d’achat subie par un individu qui a un salaire élevé est minime comparée au gain de pouvoir d’achat dont bénéficie un individu qui a de faibles revenus. Ainsi, le pouvoir d’achat global de la société augmenterait grâce à la redistribution des revenus. On peut également considérer le système de redistribution des revenus comme une assurance pour les personnes qui ont de hauts revenus, qui peuvent un jour ou l’autre se retrouver dans le besoin.

ARGUMENTS CONTRE LA REDISTRIBUTION DES REVENUS
La redistribution de revenu constitue une charge pour pour les employés qui cotisent et n’incite pas les bénéficiaires de prestations sociales à retrouver du travail. Ces éléments dissuasifs risquent d’entraîner une diminution de la production nationale.

EFFETS DE LA DISCRIMINATION RACIALE SUR L’ECONOMIE.
Toutes les formes de discrimination conduisent à une sous-utilisation des ressources productives. Ainsi, l'économie perd de son efficacité et son rendement est amoindri. De plus, les revenus non perçus contribuent également à une réduction de l'activité économique.

Le revenu moyen des gens de couleur équivaut à 66% du revenu moyen des gens de race blanche (il est inférieur d'environ un tiers). Si la discrimination dans les salaires est manifestement toujours présente, elle est moins importante qu’il y a 30 ans. Le revenu moyen des gens de couleur équivalait alors à seulement 54% de ceux des gens de race blanche. TD>

PROGRAMMES D'AIDES SOCIALES
Les principaux programmes d'aides sociale sont les suivants
- troisième âge, veuvage, pensions d’invalidité, assurance maladie, Medicare (régime d’assurance maladie pour les personnes âgées et handicapées)
- allocations familiales, revenu minimum, Medicaid (soins médicaux gratuits pour les personnes du troisième âge et pour les plus démunis)
- assurance chômage.

La sécurité sociale américaine a cessé d'être un programme d’auto-assurance depuis le début des années 70, quand les caisses se sont retrouvées déficitaires. Les taux de cotisations ont augmenté considérablement depuis sa création (passant de 3% à 15%), mais des augmentations supplémentaires pourraient s’avérer nécessaires lorsque la génération des années du Baby Boom partira en retraite. Cependant, vers la fin des années 90, marquées par une période de prospérité économique, les caisses se sont de nouveau retrouvées excédentaires, grâce à un volume plus important des cotisations.

CRITIQUE DES PROGRAMMES D'AIDE SOCIALE
Les aspects les plus critiquables des systèmes d'aide sociale sont les suivants:
- paperasse administrative inutile,
- injustices (entre individus et régions),
- les prestations sociales constituent un piège pour les bénéficiaires en les incitant à ne pas chercher de nouvel emploi.
Malgré l’existence de tels inconvénients, les systèmes d’aide sociale doivent tre maintenus pour lutter contre la misère.

IMPÔT NÉGATIF DU REVENU
On a proposé la mise en place d’un impôt négatif du revenu pour remplacer les systèmes d’aide sociale actuels, administrativement lourds et coûteux. Ce projet prévoit le paiement d'un impôt négatif pour les ménages dont le revenu est inférieur à un minimum garanti.

BUREAU DU RECENSEMENT DES ETATS-UNIS
Le bureau du recensement des Etats-Unis fournit des informations sur la répartition des revenus individuels par groupes ayant le même niveau de revenus, sur le pourcentage des ménages par groupe, et sur la répartition du revenu global par groupe. Il prend en compte le revenu brut ainsi que les revenus de transferts (prestations sociales). Il ne déduit ni les cotisations sociales ni les impôts sur le revenu. On remet souvent en cause ces statistiques, qui sont basées sur une définition du revenu trop étroite. D’autre part, les calculs se font sur des périodes trop courtes.

ELARGIR LA DEFINITION DU REVENU
Les données fournies par le bureau du recensement des Etats-Unis sont fréquemment remises en question, leur définition du concept de revenu étant trop étroite. Une définition plus exacte du revenu devrait prendre en compte les éléments suivants: 1) charges sociales prélevées sur salaire, 2) impôts personnels sur d'autres revenus, 3) prestations sociales en nature, et 4) gains sur les valeurs boursières. Si l’on réajuste les chiffres fournis par le bureau du recensement, on constate généralement une diminution dans les écarts de revenus. .

RÔLE DU GOUVERNEMENT
La redistribution du revenu fait partie des fonctions majeures du gouvernement. Elle s’opère par le biais des impôts et des revenus de transferts. Depuis 1990, l’impôt est moins progressif et les revenus de transfert sont les moyens les plus efficaces pour la redistribution des revenus. Les impôts et les revenus de transfert modifient la courbe de Lorenz, la déplaçant vers le haut et vers la gauche, ce qui diminue les inégalités de revenus.

LA PAUVRETÉ
Il n’existe pas de définition précise de la pauvreté. On considère qu’un ménage qui n’est pas en mesure de subvenir à ses besoins vitaux vit au-dessous du seuil de pauvreté. Pour déterminer le niveau de pauvreté, le gouvernement prend en compte le salaire, les revenus de transfert, les possessions de biens immobiliers et la taille de la famille. Environ 15% de la population des Etats-Unis vit en dessous du seuil de pauvreté. La pauvreté existe dans toutes les régions du territoire national et dans tous les groupes de la population. Les minorités ethniques sont cependant plus touchées que les gens de race blanche.

LA PAUVRETÉ
Si la pauvreté aux Etats-Unis a reculé considérablement dans les années 60, elle connaît actuellement une phase de recrudescence. Ce phénomène passe relativement inaperçu, pour différentes raisons : 1) les couches défavorisées n’ont pas de représentation politique forte. 2) les pauvres tendent à être exclus et vivent dans des ghettos, à la ville comme à la campagne et 3) une grande partie de la population passe alternativement au dessus et en dessous du seuil de pauvreté. La pauvreté qui touche les minorités est due en grande partie aux problèmes de discrimination raciale. On peut donc faire reculer la pauvreté en combattant ces discriminations.

Test de Révision

Devoirs

[Il est important pour nous de savoir ce que vous pensez de ce chapitre.
Si vous avez un commentaire, une correction ou une question
se rapportant à ce chapitre, envoyez le à comments@peoi.org .]

Précédent: Economie Urbaine

Suivant: Politiques du Travail